La peau du requin

 

La peau du requin recèle d’innombrables denticules cutanées (en fait, des dents modifiées) qui lui donnent une texture de papier émeri. Chaque denticule consiste en une plaque basale (racine) prolongée par un collet, lui-même coiffé par une couronne (scutelle) pouvant se développer vers l’extérieur. Ces denticules proviennent en fait de l’évolution des écailles de leurs ancêtres poissons.

Ces écailles, de type placoïde, sont des dents cutanées ou odontodes (ORVIG 1977 in MEUNIER 1987) présentant une cavité pulpaire centrale qui se bouche partiellement (croissance centripète) par de la dentine et recouverte d’une couche d’émail (FRANCILLON-VIEILLOT et al.1990). Durant la vie du poisson, leur taille n’augmente pas alors que leur nombre s’accroît. Elles sont caractéristiques de la Classe des Chondrychtiens (HARDER 1975).

* Schéma du haut : les écailles placoïdes recouvrent la peau d'un requin et lui donnent son aspect rugueux. L'écaille (A), composée d'une plaque et d'une pointe, naît dans le (4) où s'est formée une papille (1). La plaque basale (2) et l'épine (3), qui pénètre dans l'épiderme (5) sont issues de la papille dermique. L'épine (B,C) est entourée par la couche inférieure de l'épiderme (7), qui produit le revêtement d'émail (6). Au fur et à mesure la papille s'élargie pour former la partie interne de l'épine, qui comprend une pulpe riche en vaisseaux sanguins et de dentine.

* Schéma de droite : chez maintes espèces, le mâle (à gauche) et la femelle (à droite) ont des écailles placoïdes de formes différentes. Les écailles, même celles qui proviennent de petits fragments de peau, permettent de mieux connaître les requins. Ecailles de Galeocerdo cuvieri (a); Sphyrna lewini (b); Mustela canis (c); Carcharinus falciformis (d).

A première vue, il paraît curieux que la peau d’un requin soit si rude, puisque ce fait ne peut qu’augmenter la traînée hydrodynamique par une friction accrue. On a toutefois suggéré que l’alignement de ces denticules canalise l’eau et produit un écoulement laminaire, réduisant les phénomènes de résistance. De plus, la disposition de ces éléments aurait pour résultat de rendre le requin hydrodynamiquement « silencieux », avantage appréciable pour un prédateur.

Les denticules des requins rapides de profondeurs moyennes (pélagiques) sont plus petits et plus légers que ceux des espèces de fond (benthiques).

 

<= Page Précédente

Retour au Menu sur les Requins

Page Suivante =>