Les mâchoires

 

Les mâchoires des requins ancestraux semblent provenir d’une modification du premier arc branchial. La mâchoire supérieure, fermement attachée au crâne par des ligaments (ce qui limitait ses mouvements), était fixée à l’arrière (tout comme la mâchoire inférieure) par des cartilages du deuxième arc branchial.

L’évolution capitale de la mâchoire a été sa libération de la partie supérieure du crâne, à laquelle elle était fixée. Celle-ci est devenue plus mobile et, dès lors, le requin a pu saillir ses mâchoires. Une réduction accrue de ces dernières et l’expansion simultanée du museau ont amené la bouche à occuper la position ventrale caractéristique de tous les squales actuels. Le museau a alors pu se charger de l’odorat. La surface ventrale de la tête, aplatie, a permis d’offrir à l’animal un surcroît de poussée hydrostatique.

En général, on estime que les dents sont changées isolément tous les 8 à 15 jours, et plus souvent chez les jeunes. Cependant, il semble que chez certains requins (genres Squalus et Isistius), toutes celles d'un arc maxillaire soient remplacées d'un seul coup. Dans d'autres cas, les dents de la mâchoire supérieure diffèrent de celles de la mâchoire inférieure, ce qui renforce encore leur efficacité. Les dents inférieures sont souvent plus aigües, plus étroites et légèrement curvées, de façon à facilité la prise; tandis que les supérieures, plus fortes et tranchantes, servent à déchirer la proie.

Au cours de son approche, le requin bascule la tête vers l’arrière de sorte que c’est la mâchoire inférieure qui, la première, entre en contact avec la proie. Les dents ont une forme de fourche, offrant ainsi une forte prise initiale. La mâchoire supérieure se met ensuite en mouvement. Elle s’avance et s’abaisse, de façon à enfoncer ses dents dans le corps de la victime. Animée d’un mouvement de va-et-vient, la tête entière contribue alors à scier un morceau de la proie.

<= Page Précédente

Retour au Menu sur les Requins

Page Suivante =>