Quelques Infos sur ma Thèse

 

Intitulé de la Thèse

Contribution à l'analyse du budget des carbonates des récifs de La Réunion à l'aide d'implants coralliens in situ : influence des conditions du milieu sur les taux de calcification et la bioérosion.

 

But de l'étude

Caractériser le budget des carbonates en milieu récifal sain et eutrophisé, en quantifiant la bioérosion et la calcification sur plusieurs sites se différenciant par leurs caractéristiques physico-chimiques.

Les résultats permettront une meilleure compréhension des mécanismes impliqués dans la régression des récifs coralliens de La Réunion, ainsi que la validation d'une méthode de surveillance du milieu.

 

Méthodologie

Le modèle expérimental utilisé est constitué de fragments de coraux fixés sur des plaques de Plexiglas, provenant de 2 espèces : Acropora formosa et Montipora circumvallata, et appelés implants coralliens. Après un temps de « récupération » d’un mois sur le site de prélèvement, 3 lots d’implants de chaque espèce (5 ou 10 par lot selon l'espèce) sont placés sur les sites du Trou d’Eau, de PlanchAlizé et de St-Leu. Un mois après, les implants coralliens font l’objet de mesures de production et de calcification afin d'estimer l'impact des conditions de milieu sur le métabolisme corallien. Ces mesures sont effectuées à l’aide de la méthode des flux (mesure au cours du cycle nycthéméral des variations de la teneur en oxygène dissous, du pH et de l’alcalinité de l’eau de mer dans des enclos placés in situ.). L’analyse des flux (production, calcification) liés à la seule colonne d’eau est menée en parallèle. Ces flux sont retranchés aux mesures effectuées dans les enclos contenant les implants, afin d'obtenir l'activité propre aux organismes coralliens.

 

Pour normaliser les taux de production et de calcification entre les différents lots d’implants:

- l’irradiance est mesurée en parallèle, et la production et la calcification journalière de chaque lot d’implants rapportées à l’ensoleillement moyen,

- les taux de production et de calcification sont rapportés à la surface photosynthétique des implants.

 

Afin de permettre l’interprétation des résultats, les implants sont sacrifiés à la fin des mesures, et le contenu des tissus en zooxanthelles, protéines et chlorophylle analysé. Par ailleurs, les caractéristiques physico-chimiques des eaux récifales (salinité, sels nutritifs, pH, alcalinité, carbone organique particulaire) sont analysées sur chaque site pendant toute la durée de la phase d’acclimatation des implants aux conditions environnementales, ainsi que lors des mesures de calcification et de production.

 

L’expérience doit être menée en saison chaude et en saison fraîche, de manière à analyser d’éventuelles variations saisonnières.

 

L'étude de la bioérosion est effectuée sur des implants d'Acropora préalablement tués avant d'être installés sur site. Elle se divise en 2 parties : la première vise à étudier (par prélèvements puis microscopies optique et électronique) les organismes acteurs de cette bioérosion par forage de la matrice corallienne. La seconde partie est destinée à l'étude physico-chimique du relargage de carbonate de calcium dans l'eau de mer sous l'influence des agents bioérodeurs. Cette dernière se déroule de façon similaire à l'étude du métabolisme corallien par l'emploi d'enclos avec des incubations de 3 heures.

 

La finalité de ce travail sur la bioérosion étant de visualiser la cinétique de colonisation et la vitesse de dégradation des coraux morts, cette étude est effectuée 4 fois sur les 12 mois prévus (à T= 0, 3, 6 et 12 mois d'exposition).

 

 

Pour me contacter, cliquez sur le lien ci-dessous !

Contacts